fbpx
MENU
Espace utilisateur
Logotype Agence ERASMUS+ France
Accéder à la version anglaise
Recevez la newsletter

Suivez l’agence sur les réseaux

fermer

Actualité

Partir étudier à l’étranger : quand faire sa demande ?

Publié le 5 janvier 2023

Étudier à l’étranger est un Graal pour de nombreux étudiants. L’expérience permet de se confronter à une nouvelle façon d’apprendre et de s’acclimater à des méthodes de travail différentes. Toutefois, un étudiant doit bien réfléchir au moment de ses études le plus propice pour partir. Alors, à quel moment partir étudier à l’étranger ? Comment s’y prendre ? Faut-il un visa d’études ? Éléments de réponse.

Sommaire :

  1. Quel est le meilleur moment pour partir étudier à l’étranger ?
  2. Combien de temps partir étudier à l’étranger ?
  3. Partir étudier à l’étranger : quand et comment faire la demande ?
  4. Études à l’étranger : visa ou passeport, comment s’y retrouver ?

Quel est le meilleur moment pour partir étudier à l’étranger ?

Le moment idéal pour partir étudier à l’étranger dépend avant tout du ressenti de chacun. Toutefois, il s’avère possible de partir à l’étranger à n’importe quel moment, y compris avant de passer le bac.

Partir étudier à l’étranger avant le bac

Les études à l’étranger avant le bac ne se réalisent que dans le cadre d’un échange scolaire, pour une durée maximale de 6 mois. Ces échanges sont mis en place par le responsable d’établissement d’enseignement. Il existe d’autres possibilités de partir à l’étranger, comme effectuer une année scolaire dans un lycée français dans une capitale européenne pour les élèves qui entrent en première ou en terminale.

À lire aussi : Partir étudier à l’étranger avant le bac, c’est possible ?

Partir à l’étranger après le bac

Partir juste après le bac permet de suivre un cursus dans sa totalité dans un autre pays. Toutefois, l’étudiant peut ne partir que quelques mois ou un an après la terminale en effectuant une année de césure. Attention à bien le faire mentionner au moment du choix des études sur Parcoursup ! Si le projet de césure est bien défini (perfectionnement linguistique, volontariat, service civique, etc.), une place peut être garantie au retour de l’étudiant dans un établissement d’enseignement supérieur. Et s’il choisit de poursuivre ses études à l’étranger grâce au programme Erasmus+ ou par sa propre initiative, l’étudiant doit s’assurer de l’équivalence de l’année ou du diplôme obtenu à l’étranger par rapport au système français.

Partir à l’étranger après un BTS/BUT

Il s’avère plus compliqué de partir dans le cadre de ses études après un bac +2, parce que BTS et BUT sont peu ou pas reconnus hors de France. Cela n’offre donc pas la garantie d’entamer directement une licence à l’étranger. Néanmoins, les étudiants en BTS et BUT ont la possibilité de partir à l’étranger pendant leurs cursus pour effectuer un stage, à partir de la deuxième année le plus souvent.

Partir à l’étranger après un bac +3

Les étudiants partent majoritairement en troisième année de licence ou en première année de master. Certaines écoles l’imposent même dans leur calendrier. C’est le cas par exemple des grandes écoles de commerce, d’ingénieurs ou encore de sciences politiques. Ces séjours sont généralement mis en place à partir de la seconde année, les écoles les plus internationales pouvant faire partir leurs étudiants pendant 2 ans.

D’un point de vue de l’équivalence des diplômes, partir après un bac +3 reste la meilleure période pour un séjour l’étranger. C’est en effet à ce niveau qu’il existe le plus de concordance entre les formations étrangères et françaises.

Combien de temps partir étudier à l’étranger ?

Plusieurs solutions existent :

  • partir dans le cadre d’un programme d’échange comme Erasmus+ ;
  • partir à titre individuel.

La première solution permet de partir entre 3 mois à 12 mois. Cela laisse la possibilité d’étudier ailleurs un trimestre, un semestre et jusqu’à une année. Tout dépend ensuite de la volonté de l’établissement scolaire.

Partir seul demande beaucoup plus d’investissements, notamment sur le plan des démarches administratives : recherche d’un établissement, équivalence des diplômes, évaluation du niveau de langue, gestion de la vie quotidienne (logement, bourses d’études, etc.). L’étudiant peut utiliser des dispositifs comme le PVT (permis vacances et travail) ou le CES (corps européen de solidarité) et effectuer une année de césure pendant ses études.

À lire aussi : Pourquoi partir étudier à l’étranger ?

Partir étudier à l’étranger : quand et comment faire la demande ?

Au vu des demandes, il se révèle fort judicieux de prendre de l’avance dans les démarches à effectuer pour partir étudier à l’étranger.

Partir à l’étranger après le bac : comment s’y prendre ?

Les étudiants désireux d’intégrer une école étrangère après le bac doivent débuter les inscriptions dès le début de l’année de passage du bac. Les démarches doivent s’effectuer au plus tard au mois de novembre. La plupart des pays de la zone européenne possèdent leur propre système d’inscription.

Selon leur niveau de langue, les étudiants pourront s’inscrire à des programmes scolaires en 3 ans ou 4 ans, équivalents aux licences françaises.

Étudier à l’étranger après un BTS/BUT

Il est possible de passer par son IUT pour préparer un DUETI en partenariat avec une université étrangère. Sinon, l’étudiant doit passer le système d’inscription propre à chaque pays (UCAS au Royaume-Uni, sur dossier pour une université canadienne ou américaine, etc.).

Les études à l’étranger après une licence

Les possibilités d’intégrer une formation étrangère qui mène à un niveau master sont nombreuses. Dans la plupart des pays, les inscriptions dans les universités à partir de la licence se déroulent uniquement sur dossier, parfois en entretien. À ce stade, les universités sont assez sélectives et demandent de très bons résultats.

Partir à l’étranger après un master

La plupart des pays étrangers acceptent les étudiants, à condition de posséder un très bon dossier et d’avoir trouvé une équivalence de diplôme. Là encore, les recrutements s’effectuent sur dossier. L’État peut proposer différentes aides financières d’accompagnement.

Études à l’étranger : visa ou passeport, comment s’y retrouver ?

La quête des documents administratifs rythme le quotidien des étudiants lorsqu’ils entreprennent de partir à l’étranger. Le visa d’études en fait partie et peut être obligatoire pour effectuer une mobilité. Mais tout dépend du pays dans lequel l’étudiant souhaite se rendre.

Contrairement au passeport, le visa n’atteste pas de la nationalité. Le document justifie la présence, plus ou moins longue, sur un territoire étranger. C’est pour cette raison qu’il s’avère parfois obligatoire.

Pas besoin de visa pour étudier en Europe, ou presque

Les étudiants de nationalité française qui se rendent dans l’un des pays de l’espace Schengen n’ont, en théorie, aucune démarche à effectuer. Quelle que soit la durée du séjour, le visa n’est pas obligatoire. Une simple carte d’identité suffit. Néanmoins, certains pays requièrent un visa étudiant pour plus de trois mois, comme en Suède. Il convient de se renseigner pour chaque pays avant de partir.

En dehors de l’Europe, le visa reste obligatoire

Dans de nombreux pays (Australie, Japon, pays d’Amérique latine, Afrique du Sud, Maroc), le visa est obligatoire pour les séjours supérieurs à 90 jours. Dans d’autres (Russie, États-Unis, Chine, etc.), le visa demeure obligatoire dès le premier jour. Au Canada, le visa est obligatoire en même temps que le permis d’études, quelle que soit la durée du séjour. Pour mieux comprendre le fonctionnement de chaque pays en matière de visa étudiant, le mieux reste de consulter directement les sites Internet des ambassades.

Comment faire sa demande de visa

Pour obtenir un visa, il convient d’effectuer une demande au consulat du pays concerné. Un dossier est alors à remplir, auquel il faut ajouter des pièces justificatives (photos d’identité, motif du voyage, copie de passeport, etc.). L’étudiant devra souvent régler des frais administratifs, variables selon les pays. La demande doit s’effectuer entre 3 à 6 mois avant le départ effectif.

À lire aussi : Quelles sont les bourses pour partir étudier à l’étranger ?

Partir à l’étranger avec le programme Erasmus+

Pour partir étudier, faire un stage et vous former dans un autre pays, toutes les informations à savoir se trouvent dans notre rubrique Partir à l’étranger avec Erasmus+

Cet article traite des thèmes suivants :

Toutes les actualités

Navigation

  • Accueil
  • Actualités
  • Partir étudier à l’étranger : quand faire sa demande ?

Sommaire

Partager