MENU
Espace utilisateur
Logotype Agence ERASMUS+ France
Accéder à la version anglaise
Recevez la newsletter

Suivez l’agence sur les réseaux

fermer

Projet Erasmus+

Réduire l’empreinte carbone générée par les mobilités Erasmus+

Titre du projet : Erasmus Goes Green
Porteur du projet : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Secteur : enseignement supérieur
Action : partenariat
Durée du projet : 26 mois (du 01/10/2020 au 30/11/2022)
Subventions Erasmus+ : 281 760 €
Pays partenaires : Belgique / Finlande / Grèce / Luxembourg / Pays-Bas / Pologne
Fiche du projet sur la plateforme européenne

Des mobilités toujours plus nombreuses

Fort de son succès, le programme, qui a bénéficié à 12 millions de personnes en 35 ans d’existence, a vu son budget doubler pour la période 2021-2027, ce qui doit mécaniquement entraîner une nouvelle accélération du nombre des mobilités. Or, à l’échelle de l’Union européenne, les transports – et notamment l’avion – sont responsables d’un quart des émissions de gaz à effet de serre.

Afin de répondre aux objectifs fixés par le Pacte vert pour l’Europe en faveur d’une neutralité carbone de l’UE d’ici 2050, une prise de conscience des bénéficiaires du programme et le développement de stratégies d’internationalisation plus durables sont en cours. C’est dans ce contexte que le projet Erasmus Goes Green vise à estimer, diminuer et compenser l’empreinte carbone des mobilités Erasmus+.

Réduction de leur empreinte carbone

Les partenaires d’Erasmus Goes Green ont créé quatre outils en s’appuyant sur leurs compétences complémentaires :

  • Un rapport dressant un état des lieux de l’empreinte carbone du programme ;
  • Un outil en ligne calculant l’impact de sa mobilité Erasmus+ selon le mode de transport choisi ;
  • Un panorama dispensant des actions pour réduire l’empreinte carbone de sa mobilité et des idées pour la compenser ;
  • Des recommandations et des directives politiques concrètes.

Disponibles en accès libre sur le site Internet du projet, ces outils s’adressent à toutes les parties concernées par le programme Erasmus+ : les apprenants, les organisations porteuses de projets, les décideurs nationaux et européens…

Des outils à diffuser le plus largement possible

Dans un objectif de programme durable, les partenaires s’emploient à faire connaître leurs outils auprès de toutes les parties concernées. Une première conférence de dissémination, tenue en ligne en juin 2022, a réuni 150 participants, dont plusieurs représentants de la Commission européenne.

Après cette première réussite, une seconde conférence a été organisée en octobre 2022. Des contacts ont par ailleurs été pris avec des réseaux d’acteurs désireux d’utiliser ces outils pour l’organisation de leurs mobilités. Parmi eux, le Goethe Institute ou encore le Réseau Polytech.

TÉMOIGNAGE

« Nous sommes très attentifs à la dissémination car il est important que tous les acteurs aient connaissance de nos productions et puissent les utiliser. Nous fournissons à la fois des recommandations politiques à la Commission, qui décide des règles du programme Erasmus+, et des outils à l’usage des porteurs de projets et des participants. À cet égard, ces derniers ont un rôle crucial à jouer : ce sont eux qui partent, qui choisissent leur mode de transport… L’objectif est de les informer sur les conséquences de leurs choix. C’est pour cette raison qu’il était important qu’Erasmus Student Network, réseau européen de soutien aux étudiants internationaux, soit partenaire du projet. »

Marie Sikias, chargée de projets internationaux de formation, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Enseignement supérieurPartenariatsEnvironnement / Agriculture
Tous les projets

Navigation

  • Accueil
  • Les projets Erasmus+
  • Réduire l’empreinte carbone générée par les mobilités Erasmus+

Sommaire

Partager