fbpx
MENU
Logotype Agence ERASMUS+ France
Accéder à la version anglaise
Recevez la newsletter

Suivez l’agence sur les réseaux

fermer

Projet Erasmus+

Adapter les formations au métier de la restauration aux nouveaux patrimoines

Le projet

Nom du porteur de projet : Institut national du Patrimoine (INP)
Durée du projet : 16 mois (du 1er juin 2017 au 30 septembre 2018)
Subventions européennes : 25099 euros
Partenaires : Pays-Bas (Université d’Amsterdam)

Les nouveaux visages du patrimoine

Art contemporain, nouveaux médias, patrimoine scientifique et industriel… Le périmètre du champ patrimonial s’est élargi au fil des évolutions culturelles et technologiques. De fait, les professionnels du patrimoine, et notamment les restaurateurs, doivent étendre leurs compétences. Etablissement sous tutelle du ministère de la Culture, l’Institut national du Patrimoine (INP), qui forme au métier de restaurateur, souhaite faire évoluer le contenu de ses cursus pour les adapter aux nouveaux besoins du métier. C’est pourquoi, trois enseignants, la responsable du laboratoire scientifique et la chargée de la formation initiale effectuent une mobilité d’observation de trois jours aux Pays-Bas pour découvrir les programmes d’études innovants développés par l’Université d’Amsterdam et pour s’en inspirer.

S’inspirer de cursus novateurs

Le séjour prévoit l’observation de deux cursus spécifiques, l’un centré sur l’art contemporain et l’autre sur les nouveaux médias, c’est-à-dire les œuvres d’art faisant intervenir les technologies de l’information telles que la vidéo ou l’informatique. Si ces thématiques font l’objet de cours à l’INP, elles ne sont pas, à ce jour, au centre de parcours spécifiques. Une visite du département de la conservation du Rijksmuseum et de l’Agence du patrimoine culturel des Pays-Bas complètent le programme et permettent de tisser des liens plus étroits avec ces deux institutions prestigieuses qui accueilleront peut-être davantage d’étudiants stagiaires de l’INP.

Aide au lancement d’un doctorat

L’INP est impliquée dans une école universitaire de recherche intitulée Paris Seine Graduate School Humanities, Creation and Heritage œuvrant dans le domaine de la conservation-restauration. Le séjour est donc aussi l’occasion de s’enrichir des retours d’expériences de l’Université d’Amsterdam qui propose déjà un doctorat de type graduate schools en Sciences de la conservation : Quels financements ? Quelle organisation ? Quels sujets de soutenance ? Il s’agit aussi de présenter et de faire connaître le nouveau cursus français dont les cours, dispensés en langue anglaise, sont susceptibles d’intéresser des étudiants néerlandais.

« Cette mobilité au Pays-Bas est le premier projet Erasmus + auquel nous participons. Nous sommes enchantés que notre projet ait été sélectionné. C’est pour nous la première étape, et nous entrevoyons tout ce que ces échanges européens peuvent apporter à la formation initiale dans notre domaine ! L’exemple de l’Université d’Amsterdam et d’autres établissements pour des mobilités à venir facilite la transformation et l’enrichissement de nos enseignements. On peut envisager beaucoup de choses : développement de cours en anglais, mise en place d’enseignements transversaux… »

Jane Echinard, chargée de la formation initiale, adjointe au directeur des études du Département des restaurateurs et participante au voyage d’études
Enseignement supérieurMobilitésCitoyenneté / Culture / Patrimoine
Tous les projets

Navigation

  • Accueil
  • Les projets Erasmus+
  • Adapter les formations au métier de la restauration aux nouveaux patrimoines

Sommaire

Partager