fbpx
MENU
Espace utilisateur
Logotype Agence ERASMUS+ France
Accéder à la version anglaise
Recevez la newsletter

Suivez l’agence sur les réseaux

fermer

Actualité

Apprendre l’anglais post-Brexit : vers quelles destinations et quels partenaires se tourner ?

Publié le 7 mars 2022

Le Royaume-Uni ne participe plus à Erasmus+ depuis début 2021. Mais d’autres solutions existent pour pratiquer l’anglais dans le cadre des projets Erasmus+, en Europe comme à l’international. Séjours à l’étranger, coopérations : point sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

Le Brexit et le programme Erasmus+

L’Angleterre était la destination la plus naturelle pour perfectionner son anglais. Or, conséquence du référendum par lequel les citoyens britanniques se sont exprimés majoritairement en faveur d’une sortie de l’Union européenne, le Royaume-Uni est devenu au 1er janvier 2021 un « pays tiers non associé » au programme européen Erasmus+. Un « accord de commerce et de coopération » signé fin 2020 régit désormais les relations entre les deux parties. Or, cet accord ne prévoit pas la participation du Royaume-Uni au programme européen Erasmus+.

Les structures qui étaient habituées à travailler avec ce pays – établissements scolaires ou d’enseignement supérieur, organismes de formation, organisations du secteur de l’économie sociale et solidaire, associations… – doivent donc s’adapter. Pour beaucoup d’entre elles, l’organisation de mobilités d’apprentissage vers le Royaume-Uni (études, stages, formation professionnelle…) ou les coopérations avec des partenaires britanniques constituaient des moyens privilégiés pour permettre à leurs apprenants et personnels de progresser en anglais.

Sachez que des alternatives existent dans le cadre du programme européen Erasmus+.

À lire aussi : Erasmus+ et le Brexit

S’orienter vers d’autres pays anglophones

« Dès l’annonce du Brexit, les demandes vers le Royaume-Uni ont commencé à diminuer au profit d’autres destinations, notamment l’Irlande », explique Estelle Duprat, chargée de promotion à l’Agence Erasmus+ France / Éducation Formation. L’option qui vient naturellement à l’esprit est celle d’un rapprochement avec les autres pays participant au programme ayant l’anglais pour langue officielle. C’est le cas de l’Irlande et de Malte par exemple. Ajoutons que l’Irlande du Nord – l’une des quatre nations qui composent le Royaume-Uni – continue de participer à Erasmus+.

« Les possibilités de mobilité vers ces destinations ne sont néanmoins pas extensibles », poursuit Estelle Duprat. « Il peut donc être intéressant de se tourner vers d’autres pays, comme les pays anglophones du Nord de l’Europe. » Norvège, Suède, Finlande ou encore Pays-Bas… Outre le fait qu’ils proposent de nombreux cours et formations en langue anglaise, ils utilisent largement l’anglais dans leur vie quotidienne. Par exemple, les films et émissions télévisées y sont généralement diffusés en version originale sous-titrée.

Apprendre l’anglais en partant ailleurs en Europe

D’autres pays européens offrent également des opportunités de formations dispensées en langue anglaise. « C’est le cas, par exemple, de certains établissements d’enseignement supérieur, implantés entre autres dans les pays de l’Est qui proposent des cours en anglais », indique Bastien Lambert, chargé de gestion enseignement supérieur à l’Agence Erasmus+ France / Éducation Formation. « Dans la vie quotidienne, une autre langue sera utilisée, ce qui peut être considéré comme un point positif : le participant à la mobilité aura l’opportunité de progresser à la fois en anglais et dans la langue du pays d’accueil. » En somme, une opportunité d’ouvrir ses horizons.

Sans oublier que les progrès en anglais peuvent s’amorcer avant le départ. Les apprenants de la formation professionnelle et les étudiants participant à une mobilité Erasmus+ ont accès à OLS pour préparer leur mobilité. Cette plateforme européenne, développée dans le cadre du programme Erasmus+, est gratuite. Elle permet d’évaluer son niveau linguistique dans la langue de son choix (24 langues sont disponibles, dont l’anglais). Elle permet aussi de suivre des cours en ligne. « De plus, les organismes ayant obtenu une subvention européenne Erasmus+ ont généralement la possibilité d’en utiliser une partie pour la préparation linguistique de leurs apprenants. Par exemple, pour organiser des formations intensives à la langue anglaise », ajoute Estelle Duprat.

Si l’objectif de votre structure est de monter un projet de partenariats, l’usage de l’anglais sera incontournable. En effet, cette langue s’est imposée comme langue de travail internationale.

À lire aussi : Les pays participant au programme Erasmus+

Partir « hors Europe »

Le saviez-vous ? Pour favoriser la pratique de l’anglais, il est également envisageable de nouer des partenariats et d’organiser des mobilités hors des frontières de l’Europe « La programmation Erasmus+ 2021-2027 prévoit de développer davantage l’ouverture vers l’international », indique Bastien Lambert. « Les établissements qui ont obtenu une subvention Erasmus+ peuvent désormais en utiliser 20% pour mener des actions avec les structures des pays ne participant pas au programme Erasmus+. Et nombreux sont les pays où l’on parle l’anglais : États-Unis, Canada, Inde, Pakistan, Fidji». Il faut savoir que le Royaume-Uni, lui-même, est éligible à cette action. Il vous est donc toujours possible de travailler avec des partenaires outre-Manche si cela sert la stratégie de votre structure. Dans la limite du budget alloué, bien entendu.

À lire aussi : Bilan des projets Erasmus+ sur l’enseignement et l’apprentissage des langues

A noter : la mobilité vers ces destinations n’est possible que dans les secteurs de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle.

À voir aussi : Vidéo « Destination Tokyo avec Erasmus+ »

Maintenant, vous avez une idée des pays à cibler pour stimuler l’apprentissage de la langue anglaise dans le cadre de votre projet Erasmus+. Il ne vous reste plus qu’à trouver des partenaires basés dans ces pays.

Pour en savoir plus : Echanges scolaires : comment trouver des partenaires à l’étranger ?

Cet article traite des thèmes suivants :

Toutes les actualités

Navigation

  • Accueil
  • Actualités
  • Apprendre l’anglais post-Brexit : vers quelles destinations et quels partenaires se tourner ?

Sommaire

Partager